en

en

Activities

la FETAPH a sensibilisé les magistrats sur les droits des personnes handicapées en lien avec les recommandations de la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR).

Des magistrats d ont pris part mardi 25 septembre à Kpalimé et vendredi 28 septembre 2018 à Kara à un atelier de sensibilisation sur les droits des personnes handicapées en lien avec les recommandations de la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR) à l'initiation de la Fédération Togolaise des Associations de Personnes Handicapées (FETAPH).

Avec l’appui financier de l’Union européenne, Handicap International et la Fondation Liliane, dans le cadre du projet Promotion de la participation citoyenne et inclusive des personnes handicapées dans le processus de réconciliation nationale. L’objectif principal de cette rencontre et de sensibiliser ces magistrats et officiers de police judiciaires sur les droits des personnes handicapées en lien avec les recommandations de la CVJR.
Elle vise aussi à les préparer à un esprit d’apaisement et à la culture de la paix sociale. La rencontre a également permis aux participants de connaître et de comprendre les besoins spécifiques des personnes handicapées, afin de les impliquer davantage dans la mise en œuvre des recommandations de la CVJR qui devra permettre à toute la population d’avoir une égalité de traitement, une liberté d’expression et de protection.

Elle a permet également la réalisation de certains principes généraux prévus par l’article 3 de la CDPH, notamment le respect de la dignité et de l’autonomie individuelle, la non-discrimination et le respect des différences, la participation et l’intégration pleine et entière dans la société.

Au cours de l’atelier, les participants ont suivi des modules portant notamment sur le handicap, la perception et l’évolution de la notion de handicap. Ils ont aussi suivi la présentation du module sur le processus de la Convention relative aux Droits des Personnes Handicapées (CDPH).

Ainsi profitant de l’occasion, le préfet de Kloto, Assan Koku Bertin a souligné que la démocratie a permis de protéger les droits des minorités et, c’est dans cette dynamique que le Togo a opté pour une gouvernance démocratique de la société.
Le préfet a rappelé les instruments juridiques qui protègent les minorités et les personnes handicapées, précisant que ces instruments resteront neutres si les pratiquants du droit ne sont pas formés.
Il a exprimé sa gratitude aux partenaires qui ont opté pour ce projet en faveur des personnes handicapées.

Jonas AGBEYIBOR rédacteur www.proadiph.org pour le Togo

Research about


Newsletter

Subscribe to the PROADIPH Email Newsletter