fr

fr

Actualités

Togo : Les femmes handicapées dans les affaires de conjoints

C’est un secret de polichinelle qu’au Togo, les femmes handicapées font l’objet de discrimination. Dans le cadre du mariage, elles sont souvent victime d’escroquerie et de violences psychologiques de la part de leur supposé prétendants. Mais ne connaissant ni leurs droits, ni à qui s’adresser pour réclamer justice sociale ; elles subissent des violences et les abus.

Malgré toutes les dispositions de la Convention relative aux droits des personnes handicapées et les mesures de l’article 6 de cette convention qui protègent les femmes handicapées ; elles font l’objet de plusieurs de formes de violences. C’est que la plupart du temps les hommes abusent d’elles, les exploitent financièrement quand elles ont une activité génératrice de revenu. Il y a des grossesses que les auteurs ne reconnaissent pas parce qu’ils disent après qu’ils ne veulent pas de femme handicapée dans leur famille.

Le cas d’une jeune fille handicapée physique dont les deux membres inférieurs paralysés est à déploré. Cette dernière malgré sa déficience, a la volonté de suivre une formation en couture mais malheureusement, elle n’a pas terminé la formation à cause d’une grosse indésirée dont l’auteur refuse la paternité. Un autre cas c’est une autre jeune fille handicapée visuelle qui fait la classe de terminale. Elle aussi n’a pas passé l’examen de baccalauréat l’année passée parce qu’elle a été violée et elle est tombée enceinte. C’est très malheureux aujourd’hui de voir plusieurs femmes handicapées et leurs enfants des laissées pour compte.

Ces femmes handicapées sont comme les autres femmes ; elles ont besoins de se marier. Il est clair qu’en général, avec le préjugé qui entoure leur déficience, ces femmes sont vraiment discriminées. Elles rencontrent beaucoup de difficultés dans ce domaine. Déjà il y a trop de difficultés pour avoir accès au mariage. Et quand elles y arrivent, c’est extrêmement compliqué de rester au foyer, de trouver le bonheur. Les femmes handicapées subissent de graves violations de leurs droits de l’homme comme le fait d’être victimes de viol, de stérilisation forcée et de discrimination multiple du fait d’être une femme et une personne handicapée. Leurs capacités parentales sont fréquemment mises en question et la garde de leurs enfants leur est retirée contre leur volonté. Leur droit de se marier et de fonder une famille est souvent limité au point qu’il peut être considéré comme un déni de droit. Ces femmes se plaignent en cherchant la justice sociale.


Daniel DAHOUINDJI/ Proadiph Togo

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité