fr

fr

Articles de presse

Togo,Le Président du RJCHT, DAGAH Kodjo plaide pour la cause des femmes handicapées à l’occasion du 08 mars.

’’Nous sommes tous des potentielles personnes handicapées errant dans la nature et personne ne sait le jour où ça vous arrivera’’.

vendredi 8 mars 2013

Le monde entier célèbre chaque 08 mars la Journée Internationale de la Femme. L’idée d’une Journée internationale de la femme s’est faite jour au tournant des XIXe et XXe siècles, période caractérisée dans le monde industrialisé par l’expansion et l’effervescence, une croissance démographique explosive et l’émergence des idéologies radicales. Aujourd’hui les clichés ne sont plus les mêmes, les réalités ont évolué et la lutte ne relève plus de le même ordre de bataille. Même si beaucoup reste encore à faire, aujourd’hui les choses ont évolué et les femmes occupent des postes de responsabilité et ne manquent d’arguments pour intégrer le cercle privilégié des grands décideurs du moment. Au point que des faussées se distinguent entre les femmes elles-mêmes. Le cas des femmes handicapées a fait l’objet de réflexion de la part du Président du Réseau des Journalistes et Communicateurs sur le Handicap au Togo (R.J.C.H.T.), DAGAH Kodjo qui dans un communiqué rendu public à cette occasion, a fustigé les abus et les injustices dont sont victimes les femmes handicapées. Pour lui, ’’La journée mondiale de la femme appelle à réfléchir sur la situation de la femme dans sa globalité. La stigmatisation, l’exclusion et le rejet dont sont victimes les personnes handicapées au Togo et dans certaines contrées du globe laissent des traces sur la vie des femmes handicapées’’. Voici livré le communiqué en entier :

Le 08 Mars de chaque année le monde entier célèbre la journée mondiale de la femme. Et si les femmes après le sommet de Beijing ont pensé à leurs droits, à l’état de féminité, ont-elles pensé à leurs sœurs personnes handicapées ? La journée mondiale de la femme appelle à réfléchir sur la situation de la femme dans sa globalité. La stigmatisation, l’exclusion et le rejet dont sont victimes les personnes handicapées au Togo et dans certaines contrées du globe laissent des traces sur la vie des femmes handicapées. Ces femmes déjà diminuées par leur état physique, intellectuelle ou psychologique sont encore quotidiennement victimes de la méchanceté de la race humaine dite valide.

Ta femme, ta mère, ta cousine, ta marâtre, ta sœur, ta grand-mère, ta tante dans l’accomplissement de certaines activités de la vie est bloquée par l’environnement et comme cela ne suffisait pas par ton regard et ton comportement envers elle. La situation du handicap n’empêche pas les femmes handicapées d’être fécondes, de donner des enfants. Et quelle humiliation ! Quelle injure ! Quel mépris elles ne subissent pas de la part de nos sages femmes, accoucheuses, infirmières pendant la consultation prénatale puis avant pendant et après l’accouchement. Genre toi aussi tu es tombée enceinte ? Comment tu l’as fait ? La manière dont tu es tombée enceinte fais comme ça pour monter sur la table d’accouchement. Oui une femme qui avili sa sœur femme parce que la nature ou Dieu a voulu qu’elle soit personne handicapée. Et pourtant il existe la Convention internationale des Nations-Unies relative aux droits des Personnes Handicapées CIDPH qui protège ces personnes contre ces violations, ces abus contre leur intégrité physique et morale. Nous sommes tous des potentielles personnes handicapées errant dans la nature et personne ne sait le jour où ça vous arrivera. Pour ce faire, le Réseau des Journalistes et Communicateurs sur le Handicap au Togo (R.J.C.H.T.) invite tout togolais au respect de la femme handicapée qui est exposée à tous les dangers dans sa vie de tous les jours (viol, injures, moquerie, poussette dénigrement, stigmatisation…). Elle a besoin de votre réconfort, de votre soutien et de votre solidarité. Mais il me vient à l’esprit de demander ce que fait le gouvernement togolais à travers son ministère de la femme en faveur de la femme handicapée ? Ce ministère pense t-il vraiment aux petits commerces qu’il doit soutenir chez les femmes ? Ce ministère est-il conscient que les femmes handicapées sont laissées sur le carreau du développement dans notre pays ?

A -t-on dans ce département ministériel une direction qui s’occupe des femmes handicapées ? Au-delà de tout, le gouvernement doit repenser la politique togolaise en faveur des femmes handicapées.

Pour le RJCHT, Le Président
DAGAH Kodjo alias TONY marcel.

Togoportail, toute l’information à votre portée
Togoportail, site primé Meilleur Journal en ligne en 2012 au Togo

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité