fr

fr

Activités

Togo, Lancement officiel des travaux du Réseau des Journalistes et Communicateurs sur le Handicap au Togo (RJCHT)

Le 28 septembre 2013 à la Maison de la presse à Lomé, le Réseau des Journalistes et Communicateurs sur le Handicap au Togo (RJCHT) a officiellement lancé ses activités. Le nouveau président de ce réseau a estimé qu’il était « urgent de mettre en place un réseau regroupant les hommes de média » en vue de mieux communiquer autour des difficultés rencontrées par les personnes en situation de handicap

« Nous voulons servir de levier dans le processus de changement d’attitude générale de la société vis-à-vis du handicap ; servir de vecteur stratégique pour diffuser des informations fiables, diversifiées et inclusives sur les droits des personnes en situation de handicap ; contribuer à apporter une image positive des personnes en situation de handicap ; participer activement à la large diffusion des différentes initiatives pertinentes en faveur du droit, d’égalité, de citoyenneté des personnes en situation de handicap », a indiqué M. Dagah. Lire l’entretien.

Entretien avec DAGAH Kodjo Journaliste à la RTDS-Aného et Président du Réseau des Journalistes et Communicateurs sur le Handicap au Togo (RJCHT).

Afreepress  : Vous avez été élu Président de ce réseau vendredi 28 septembre dernier à la Maison de la Presse pour un mandat de 04 ans, dites-nous cher confrère, pourquoi un réseau des journalistes sur le droit des personnes handicapées au Togo ?

DAGAH Kodjo : Merci, cher confrère, tout d’abord permettez-moi de remercier tous les confrères journalistes qui ont porté leur choix sur ma modeste personne et sur ceux du reste des membres du bureau pour conduire les affaires du réseau pour un mandat de 04 ans.

En effet, nous nous sommes rendu compte que dans notre pays, les droits des personnes handicapées sont constamment violés, ces personnes sont quotidiennement stigmatisées au vu et au su de toute et la presse nationale qui ne parle pas assez de cette couche de la société.

En plus, Handicap international, grâce à son bureau du Togo à travers son projet DECISIPH (Droit, Égalité, Citoyenneté, Solidarité et Inclusion des Personnes handicapées) avait organisé une journée de formation le 2 octobre 2011 à l’intention des journalistes togolais.

Au terme de cette formation, nous avons trouvé nécessaire de créer un réseau de journalistiques qui pourra promouvoir et défendre les droits des personnes handicapées et depuis le vendredi 28 septembre dernier, le réseau est porté sur les fonds baptismaux. Les raisons qui motivent la création de ce réseau sont légions, mais je viens de citer certaines.

Afreepress : Quels sont les objectifs de votre réseau ?

DAGAH Kodjo : Nos objectifs sur le Handicap sont multiples. Nous voulons servir de levier dans le processus de changement d’attitude générale de la société vis-à-vis du handicap ; servir de vecteur stratégique pour diffuser des informations fiables, diversifiées et inclusives sur les droits des personnes en situation de handicap ; contribuer à apporter une image positive des personnes en situation de handicap ; participer activement à la large diffusion des différentes initiatives pertinentes en faveur du droit, d’égalité, de citoyenneté, de solidarité, d’inclusion des personnes handicapées ; donner la possibilité aux téléspectateurs, auditeurs, lecteurs et internautes de s’exprimer sur la thématique du handicap ;communiquer autour de cette thématique en conclusion notre Réseau a pour but de promouvoir la compréhension des questions du handicap et des personnes en situation de handicap au Togo et dans le reste du monde par l’amélioration de la qualité, l’exactitude et la fréquence des reportages et par ses activités.

Afreepress  : Quels sont alors vos moyens d’action ?

DAGAH Kodjo  : En réalité nos moyens d’action sont nos micros, enregistreurs, nos crédits sur internet, nos papiers, nos stylos, pour sensibiliser nos auditeurs, téléspectateurs, lecteurs et internautes sur les droits des personnes en situation de handicap.

Le travail est hardi nous en sommes conscients, mais nous sommes déterminés, engagés à nous battre pour qu’en fin, l’on cesse de chosifier, de traiter de tous les noms ces personnes qui en réalité à cause leurs déficiences, ont besoin plus que jamais de la solidarité, de la socialisation auprès des personnes « dites valides ».

Maintenant nous lançons un appel aux bonnes volontés, aux ONG, à nous soutenir pour aider l’État à faire grandir le respect du droit des personnes en situation du handicap. L’État togolais a ratifié depuis le 1er mars 2011, la CIDPH (la Convention internationale des Nations-Unies relative aux Droits des Personnes handicapées), nous saluons cet acte courageux de l’État.

Maintenant il appartient aux ONG et Associations d’aider l’État dans l’application de cette convention qui reconnait les droits des personnes en situation de handicap comme une personne à part entière comme le stipule l’art.1er de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Afreepress  : Quel est votre plan d’action ?

DAGAH Kodjo : Comme je vous le disais plus haut, nous comptons mener des actions d’envergure d’ici la fin de l’année 2013 pour sensibiliser un grand nombre de compatriotes à travers nos organes sur le droit des personnes handicapées, leur intégration dans nos communautés, nous voulons dénoncer sur nos médias, l’exclusion dont sont victimes les personnes handicapées pour l’accès à l’emploi.

Afreepress : Comment comptez-vous mobiliser les confrères autour de la question.

DAGAH Kodjo : À travers la sensibilisation, en les incitant à produire des émissions, à faire des articles, des reportages, des dossiers sur le handicap. Nous espérons qu’avec le soutien de bonnes volontés, nous allons instituer le prix du meilleur journaliste engagé pour les questions sur le Handicap, cela pourra motiver les confrères.

Afreepress : Un vœu peut-être ?

DAGAH Kodjo  : Si j’ai un vœu à faire, c’est de dire à nos confrères journalistes et communicateurs de s’engager un peu plus sur la thématique du handicap, d’aider nos compatriotes à se départir de ces vieux clichés qu’ils ont sur les personnes handicapées ; que chacun sache que nous sommes tous des handicapés en sursis.

jonas agbeyibor redacteur www.proadiph.org

 [1]

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité