fr

fr

Activités

TOGO / Formation des patrons/patronnes, les apprentis non-entendant et autre acteurs ... en langue de signes

Au Togo et plus précisément dans la région des Savanes, HI (Handicap International/ Humanité et Inclusion) et ses partenaires APHMOTO (Association des Personnes Handicapées Motivées de Tône), CPM (Chambre Préfectorale des Métiers) et la DRAS (Direction Régionale de l’Action Sociale) avec l’appui financier et technique de AFD et HI ont organisé un atelier de formation sur le langage des signes à l’endroit des patrons/patronnes, leurs apprentis non entendant et autre acteurs impliqués dans le processus.

Pour une durée de quatre jours, (du 09 au 12 Septembre 2019) cette formation administrée par Madame KANDJINE Famiè et M. TCHANGUI N. Molé Luc a eu lieu dans l’une des salles de réunion des affaires sociales. L’objectif de cette formation est de renforcer les capacités des acteurs impliqués dans la formation professionnelle des jeunes pour l’accueil et l’encadrement des jeunes handicapés auditifs, dans un environnement inclusif.

Dans le domaine de la formation professionnelle spécifiquement, les stéréotypes/discriminations à l’encontre des personnes vulnérables, souvent ancrés dans la pratique quotidienne des professionnels et acteurs des métiers, sont plus prononcés au niveau des jeunes handicapés.
Cette situation entraîne le plus souvent chez ceux - ci un manque d’ambition, de conviction et de confiance en eux. De plus, il est relevé un écart énorme entre les services existants et les besoins réels des personnes en situation de handicap. Par exemple, les jeunes handicapés auditifs (sourds) ne disposent pas des facilités de communication, d’acquisitions et de transmission au même titre que les autres.

En vue de prendre en compte les besoins spécifiques d’apprentissage des jeunes handicapés puis préparer les centres/formateurs à les accueillir et à mieux les encadrer que le projet a prévu cette formation en langue de signes à l’endroit des patrons/patronnes d’atelier d’apprentissage/centres de formation, des jeunes apprentis et des partenaires en charge du suivi - accompagnement apprenants ; ce qui fait qu’au niveau des patrons d’ateliers, la transmission des compétences et des connaissances dans les centres de formation pose de sérieuses difficultés et les jeunes handicapés sourds sont obligés d’apprendre en regardant faire simplement.

Cette situation réduit donc les possibilités de communications et d’échanges entre apprenants d’une part puis entre apprenants et patrons d’ateliers d’autre part.
Ainsi pour réussir ce défi, l’accueil et la prise en charge efficace des jeunes handicapés en situation de formation professionnelle nécessite un changement de la perception du handicap. Ce changement porte entre autres sur la nécessité d’offrir aux patrons d’ateliers et aux jeunes eux-mêmes des capacités sur l’inclusion et la langue de signes pour créer un environnement d’apprentissage favorable puis faciliter le processus de transmission et d’acquisition des compétences.

LOUKOUBA Dermane rédacteur Proadiph

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité