fr

fr

Actualités

TOGO, A l’écoute des femmes en situation de handicap

CAMPAGNE HANDIVALIDES 2013 Interview de Mlle PATSOH-AMOUZOU Abla Kodanin, handicapée auditive, étudiante au département d’Allemand, à l’Université de Lomé.

« Issue d’une famille polygame avec 17 frères et sœurs consanguins et utérins, je suis la benjamine à ma mère. Je suis née, en bonne santé sans handicap, le 2 décembre 1986 à Atakpamé. Ma maladie est apparue à l’âge de cinq ans suite à des oreillons mal traités à l’hôpital de Tsiko à Atakpamé. Mes parents ne s’étaient pas rendus vite compte de l’apparition de mon handicap. Ce n’est qu’à travers mes réactions dures et sévères envers les enfants de mon âge que ma mère l’avait constatée et avait aussitôt averti mon père, qui avant, se fâchait et me criait déçu à chaque fois que j’affichais des attitudes négatives. Je frappais les enfants parce qu’ils ne me comprenaient pas et donc la communication était difficile entre nous.

Mes parents m’ont emmené par la suite chez un spécialiste qui a détecté les difficultés auditives dues à l’affectation de certains nerfs. Ils m’ont solidairement soutenue durant tout le processus de traitement de mon handicap.

J’avais commencé mes études primaires à 5 ans à Atakpamé. Mes professeurs ainsi que mes camarades de classe avaient vite compris ma situation de handicap et m’avaient apporté leur aide tout au long de mon cursus. Néanmoins, j’ai connu un échec au cours primaire. J’ai fait le collège et le lycée toujours à Atakpamé. A 22 ans j’ai pu obtenir mon Baccalauréat série A4 après deux échecs. Actuellement, je prépare ma licence en Allemand. Les difficultés d’écoute et de communication sont les problèmes que je rencontre dans la vie.

J’ai connu l’école des sourds "EPHATA", grâce à un employé d’Handicap International (HI). C’est dans ce centre que j’ai été formée à l’usage de la langue des signes. Cette formation m’a beaucoup aidé dans la communication. Et présentement je suis bénévole à "EPHATA".Je suis membre de l’Association des Sourds du Togo. Je me demande chaque jour si on pourra un jour me recruter dans une entreprise, vue ma situation de handicap.

J’ai un ami mais je ne sais pas si jour il pourra m’accepter comme épouse telle que je suis. J’invite toutes les femmes à s’aimer soi-même et à prier fort Dieu pour leur devenir. »

(Chronique animée par Valérie ATTISSO, chargée des campagnes Handicap à Visions Solidaires)

Jonas AGBEYIBOR Animateur www.proadiph.org

Source :http://visionssolidaires.com

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité