fr

fr

Actualités

Rupture avec les préjugés : les personnes handicapées de Sokodé font valoir leurs potentialités.

Une personne handicapée tient le taureau par les cornes et invite les autres personnes handicapées à ne pas « être de bons à rien ».

« Bons à Rien » voilà l’étiquète que le commun des mortels attribut à la personne handicapée.
Parmi les pesanteurs qui freinent la promotion et le respect des droits des personnes handicapées figurent les croyances africaines qui font croire qu’une personne Handicapée serait issue d’un mauvais sort jeté sur ses parents qui auraient offensé les mannes des ancêtres. Pour d’autres, une personne handicapée est un être surnaturel, un être bizarre qu’il faut à tout pris éliminer de la société.

Découragés par ces barrières discriminatoires et ces suppositions erronées, un nombre important d’entre elles abandonnent toute recherche active d’un emploi pour s’en remettre aux indemnités liés à leur handicap quand elles existent ou à défaut s’adonnent à la mendicité.

Suite aux efforts déployés par la Fédération Togolaise des Associations des Personnes Handicapées ( FETAPH), les Organisations de Personnes handicapées ( OPH) à travers les actions de formation, de sensibilisation et de plaidoyer, on note une prise de conscience de certaines personnes handicapées qui sortent de la mendicité, la paresse et la mauvaise volonté pour faire valoir leurs potentialités.

Cet exemple illustre cette prise de conscience de cette personne Handicapée très reconnue dans la ville de Sokodé a cause de sa détermination et son intégrité. Il décide un jour de prendre son avenir en main.
Au sortir de son apprentissage, il travaille en collaboration avec ses amis et arrive à mettre sur pied un club sportif en tricycle. Aujourd’hui, ils se constituent désormais en un club de basket Ball en fauteuil roulant grâce à l’appui de l’association des personnes handicapées « Monde Radieux ».

Il est autonome et gère toute une famille. Des revenus de ces activités, il s’est s’acheté une moto pour faciliter son déplacement. Pour encourager les autres de sa condition, il s’exprime en ces termes : « Bien que je sois une personnes handicapée, je n’envie personne aujourd’hui. C’est pourquoi j’amène les autres personnes handicapées à faire comme moi. Nous avons des capacités et pouvons mieux faire que les personnes valides. J’exhorte toute personne handicapée à faire valoir ses potentialités et à être un acteur principal afin que rien ne se fasse sans nous. »

WAROU Akpakouma

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité