en

en

News

Mama Togo, ex-promotrice du restaurant "LE DEFI".

«Quand vous êtes une personne handicapée au Mali, on regarde votre physique mais pas ce que vous avez dans la tête», déplore-t-elle ....

#VoiceMali

Paralysée par la poliomyélite à l’âge de 4 ans, Mama TOGO était la promotrice du restaurant «Le défi». Situé à l’Hippodrome, dans la célèbre rue « Blabla », le restaurant a été victime du coup d’Etat de mars 2012. Depuis, c’est la traversée du désert pour cette restauratrice qui exerce, désormais, son métier à domicile.
Titulaire d’un diplôme d’étude supérieure en gestion, Mama TOGO a appris la restauration grâce à une formation et un fonds de départ octroyé par Handicap International (humanité & inclusion) en 2003.
Depuis la perte de son restaurant, Mama traverse ce que beaucoup pourront appeler une «période difficile». Cependant, comme plusieurs fois au cours de sa vie, la restauratrice ne s’est pas laissée abattre pour autant. C’est à domicile, désormais, qu’elle fait travail. «Quand il y a des séminaires, les gens me demandent de faire le repas». Parfois, ce sont d’anciens clients, parfois, c’est par appel d’offres que nous sommes retenus.»

«LE DEFI», c’était tout ce que nous avions», se souvient-elle. Mais il a brûlé la nuit du coup d’Etat de mars 2012,

raconte Mama TOGO. Le jour des événements, poursuit-elle, le restaurant était ouvert quand les militaires sont arrivés ; ils ont tiré en l’air pour nous faire peur, puis ils ont vidé les caisses. Plus tard, dans la nuit, on m’a appelée pour me dire que le restaurant a brûlé probablement à cause des fils d’électricité touchés par des balles.

«Etre une personne handicapée et sans emploi, c’est être un double fardeau pour ses proches. Surtout si vous ne trouvez pas quelqu’un capable d’accepter la situation»,

souligne Mama TOGO
«En mettant en place le restaurant, je voulais être moins dépendante des proches et aider les autres personnes handicapées. Car, être une personnes en situation de handicap et sans emploi, c’est être un double fardeau pour ses proches». En prononçant ces paroles, Mama pense non seulement aux autres personnes handicapées , mais aussi à son propre handicap.

Mère d’une fille de 20 ans, Mama explique, avec beaucoup d’émotion, comment elle a été contrainte d’abandonner son foyer et de demander le divorce par la suite. «Mon mari a fait dire à ses amis que j’étais devenue «un poids» pour lui». Après avoir prononcé cette phrase, la quarantenaire fond en larmes qui perlaient sur ses joues et se tut pendant un moment… «Quand vous êtes en situation de handicap au Mali, on regarde votre physique mais pas ce que vous avez dans la tête». Pourtant, plaide-t-elle, l’accès à la fonction publique doit être garanti pour tous les Maliens, handicapées ou non.

Mamadou TOGOLAIS

Extrait du Magazine Handi-Actu plus
du projet De l’Ombre à la lumière
#AJCAD/DEVE
#Voice

Research about


Newsletter

Subscribe to the PROADIPH Email Newsletter