fr

fr

Actualités

Mali : Aminata Traoré dite « Ami fimani », handicapée physique : la vente d’essence en bouteille n’a aucun secret pour elle !

Victime de Poliomyélite depuis l’âge de 2 ans, "Ami Fimani" a été obligée d’abandonner l’école parce que sa grande sœur qui l’amenait ne pouvait plus la porter. Malgré son lourd handicap, elle choisi quand même d’exercer un métier peu commun aux femmes : la vente d’essence en bouteille.

Nous-mêmes sommes à Bamako, sur le boulevard du roi Mohamed VI, face à la base du génie militaire, existe un petit dépôt de vente d’essence géré par une brave dame du nom de Aminata Traoré dite "Ami Fimani". Et oui, une dame lourdement handicap et exerçant un métier plutôt réservé aux hommes.

En effet dès l’âge de 2 ans, Ami Fimani fut terrassée par la poliomyélite qui eu pour conséquence la paralysie des jambes. Elle se déplace avec beaucoup de difficultés à l’aide de deux béquilles.

Comme si cela ne suffisait pas, Aminata fut contraint d’abandonner l’école très tôt toujours à cause de son handicap car à l’époque nous raconte t-elle : « Au fur et à mesure que je grandissais, je prenais du poids. De cet fait, je suis devenue pus lourde que ma grande sœur qui me portait pour m’emmener à l’école. Ne pouvant plus me porter, j’étais obligée de rester à la maison et d’abandonner l’école. »

Malgré tout, Aminata ne baisse pas les bras et continue à se battre.

C’est à quatre heures du matin tous les jours que débute la journée de la brave Ami Fimani. Dès le réveil, après s’être fait aider par sa nièce pour faire sortir sa moto, elle file chez son grossiste acheté la quantité d’essence qui lui servira pour la vente de la journée.

A la question de savoir ce qui motivait cette vente très matinale, elle répondit que c’était une simple stratégie pour pouvoir bénéficier de la première clientèle avant que ses collègues ne commencent à leur tour leur vente.

Malgré toutes les contraintes liées à l’exercice de son métier et les risques d’insécurité, elle se bat sans relâche au quotidien.

Ainsi, à la fin de chaque mois, Aminata se retrouve avec un salaire tournant autour de 45 000Fcfa. Une somme qui lui permet de subvenir à ses besoins et d’éviter ainsi la mendicité.

Âgée de 44 ans, Ami Fimani est célibataire et mère d’un petit garçon de 6 ans et d’un garçon adoptif. « les enfants m’adorent et jouent tout le temps avec moi », nous confie t-elle.

Elle vit chez sa grande sœur à Kanadjiguila à Bamako, qui d’ailleurs ne tarit pas d’éloges à son endroit et lui exprime toute sa gratitude.

Vivant chez sa sœur et son époux avec leurs enfants, Aminata n’a jamais manqué de rien. En effet, ce couple a fait tout son possible pour la mettre à l’aise chez eux. Ils sont très fiers d’elle et l’encourage dans tout ce qu’elle fait.

De son côté, elle aussi contribue du mieux qu’elle peut, en faisant les tâches ménagères et en effectuant certaines dépenses.

En perspective, Ami Fimani rêve entre autres d’avoir un jour sa propre maison, de pouvoir se marier et de fonder une famille.

Pour elle, les hommes ne devraient pas mépriser les femmes Handicapées car elles sont avant tout des femmes à part entière.

Katoucha

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité