fr

fr

Activités

Lutte traditionnelle au Niger : Les Personnes Handicapées une fois encore intégrées

Les lampions se sont éteints sur la 39ème édition de la lutte traditionnelle tenue à Tillabéri du 25 décembre 2018 au 03 janvier 2019. Hormis les 80 lutteurs représentant les 8 régions du Niger, 8 lutteurs déficients visuels ont aussi représentées les personnes handicapées.

L’organisation de la lutte au Niger connait une innovation importante dont l’intégration pour la deuxième fois consécutive (38ème et 39ème éditions), des lutteurs déficients visuels. A l’image des lutteurs non handicapées, les lutteurs handicapés ont été sélectionnés, un par région. Apres plusieurs combats qui se déroulaient en même temps que les combats pour personnes non handicapées, les lutteurs déficients visuels se sont démarqués part la sérénité et le fair-play dont ils ont fait montre. Ainsi, la région de Zinder totalise 18 points et mérite la première place avec son représentant Mahamadou Issoufou, sacré champion et nouveau détenteur du sabre. Il est suivit de Chaibou Illa représentant la région de Maradi et ayant enregistré 16 points. La région de Niamey occupe la troisième position grâce au lutteur Moussa Maliki ayant totalisé 15 points.
Cette prise en compte des personnes handicapées dans l’organisation du sabre national est saluée à sa juste valeur par M. Harouna Ousmane, président de la Fédération Nigérienne du Sport pour Personnes Handicapées (FENISPHA, faisant office de comité national paralympique) :
«  C’est une avancée significative et salutaire, un levier d’intégration qui donne l’occasion aux personnes handicapées de fraterniser entre elles et avec les personnes non handicapées. La lutte nous a acceptées, ainsi que l’athlétisme, le basket et le judo. Nous voulons qu’il ait des ouvertures pour aller vers les fédérations valides, afin de bénéficier de leur expertise, leurs compétences, leur expérience  ».
En perspective, l’Association Nigérienne du Sport pour Aveugles et Malvoyants (ANISAM), entend tenir des compétitions au plan national dans le but de mieux préparer les lutteurs, pour leur permettre d’améliorer leurs prestations. A l’Etat, le président Harouna Ousmane, souhaite que son soutien soit rehaussé à travers la formation des arbitres et des lutteurs et à travers l’accès facile aux arènes. La FENISPHA toujours ambitieuse, projette d’organiser un championnat ouest africain de lutte pour les déficients visuels. Une initiative louable à encourager absolument.

Bissoundi Zeinabou pour la FNPH.

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité