fr

fr

Activités

Les personnes handicapées au libéria sont progressivement vandalisées par covid-19

Au Libéria la pandémie du COVID-19 continue de révéler des vérités inconfortables sur le pays. Les inégalités qui nous frappent ou que nous subissons; la marginalisation et l'exclusion à grande échelle dans les interventions d'urgence COVID-19, doivent être immédiatement traités.

Les personnes handicapées sont parmi les plus menacées par COVID-19, car leurs conditions de personnes handicapées ou maladies chroniques peuvent les exposer à un plus grand risque à subir les effets dévastateurs du virus. En ce qui concerne l’accès général aux soins de santé, les personnes handicapées sont moins susceptibles de recevoir des soins et traitements appropriés pour COVID-19. Cette situation compromet les efforts en cours pour « aplanir la courbe » et laisse bon nombre des 16% estimés de la population handicapée du Libéria à subvenir à leurs propres besoins.

La situation des personnes handicapées au Libéria face à la pandémie du COVID-19 va à l’encontre des obligations du pays. ayant signé et ratifié la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (CDPH) en 2012. En son article 11, la Convention exige que les États parties prennent « toutes les mesures nécessaires pour assurer la protection et la sécurité des personnes handicapées dans les situations à risque, y compris les conflits, les urgences humanitaires et les catastrophes naturels ». Il est donc impératif de la part du gouvernement d’impliquer la communauté des personnes handicapées dans toute intervention d’urgence du COVID-19 pour atténuer la crise.

Cependant, les mesures ci-dessus n’ont en grande partie pas tenu compte de la situation et des besoins des personnes handicapées. Les organisations de personnes handicapées n’ont été ni engagées ni consultées par le gouvernement au sujet des mesures d’intervention d’urgence COVID-19. L’absence de données sur les personnes handicapées a entraîné leur marginalisation dans les mesures de réponse aux coronavirus telles que la distribution de nourriture et d’autres articles de secours. En outre, les efforts de sensibilisation du public sur le coronavirus par le biais de la télévision, de la radio bien que vastes, n’ont pas été largement disponibles dans des formats accessibles tels que le braille et la lecture facile la langue des signes, pour permettre aux personnes handicapées d’accéder aux informations sur les protocoles du COVID-19. En conséquence, la situation de vulnérabilité des personnes handicapées et leurs familles impuissante face à COVID-19.
Toujours en raison du confinement partiel, certaines personnes handicapées n’ont pas accès aux soutiens individuels et communautaires et d’autres services de santé.

Enfin, les limites de la réponse d’urgence du gouvernement à COVID-19, avec un accent particulier sur la marginalisation des personnes handicapées, appellent à l’adoption d’une approche inclusive orientée vers l’intégration. Une telle approche devrait impliquer les personnes handicapées, les OPH et les détenteurs d’obligations, en particulier dans le domaine de la santé et de la protection sociale, afin de définir les besoins spécifiques des personnes handicapées et de leurs familles pour minimiser leur risque de contracter le virus et leur fournir un soutien pour maintenir leurs moyens de subsistance de ménages. Dans l’ensemble, une approche inclusive est fondamentale pour « aplanir la courbe » et ensuite vaincre la pandémie du COVID-19.

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité