fr

fr

Actualités

Le transport à Dakar ,un casse tête pour les personnes handicapées

Au Sénégal, les transports publics constituent l'une des principales difficultés auxquelles sont confrontées les personnes handicapées. Ce qui constitue un double handicap dans la mesure où cela ralentit davantage les personnes handicapées dans leurs différentes activités quotidiennes

Au Sénégal, les dispositions légales prennent en charge l’accès à toutes les personnes aux édifices publics. C’est dans cette même logique que la loi d’orientation sociale en ses articles 33 et 34 garantit aux personnes handicapées l’accès aux moyens de transports publics comme privés : qu’ils soient routiers, ferroviaires ou aériens, urbains, ou interurbains.
Le respect de ces différentes dispositions garantit une libre et facile circulation des personnes handicapées qui est un gage de productivité. Car il faut noter que les personnes handicapées ont, elles aussi besoin de se mouvoir pour gagner dignement leur vie.
Dans les transports publics au Sénégal, aucune facilité n’est faite aux handicapés du moins officiellement, les gens ne sont tenues que par leur esprit de solidarité et leur compréhension. Il arrive souvent que la place assise leur soit disputée ou que certains conducteurs refusent de s’arrêter en présence d’une personne handicapée par peur de perdre plus de temps. Au moment où en Occident, le conducteur s’arrête le temps nécessaire pour faire monter la personne handicapée et que les valides n’osent pas occuper une place réservée aux handicapés sous peine d’amende et de poursuites judiciaires.
La société de transport public du Sénégal Dakar Demain Dikk dans sa politique de modernisation du secteur a acquis des bus adaptés que l’on pourrait appeler " bus inclusifs " car dotés de rampes d’accès. Ce programme est d’autant plus plausible qu’il vient en appoint au recrutement d’une vingtaine de handicapés comme receveurs dans DDD, receveurs qui sont les premiers à être confrontés à ce phénomène d’accès à leur espace de travail que sont les bus.
Le plaidoyer qui, dans ce cas précis, mérite d’être porté est relatif au renforcement du parc en bus adaptés mais surtout une meilleure sensibilisation des conducteurs sur la question du handicap, à travers l’utilisation des capsules (spots) à la télévision pour atteindre le maximum de personnes.
PROGRECIPH
FOAPH_UE

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité