fr

fr

Actualités

Le plan d’action régional sur l’albinisme...

Le plan d’action régional sur l’albinisme 2017-2021 a été mis en place pour lutter contre les attaques et autres violations contre les personnes atteintes d’Albinisme en Afrique sub-saharienne. Ce plan d’action régional émane des recommandations formulées par différents organes et mécanismes de défense des Droits de l’Homme au niveau des Nations-Unies et de l’Union Africaine, distillés en des mesures concrètes et spécifiques réalisables à court, moyen terme et à long terme.

Le plan d’action régional sur l’albinisme 2017-2021 comporte différentes mesures à court, moyen terme et à long terme sous quatre(04) axes stratégiques :
a- Mesures de prévention,
b- Mesures de protection,
c- Mesures de responsabilisassions,
d- Mesures de promotion de l’égalité et de la non-discrimination.

Le plan d’action régional sert de feuille de route aux gouvernements nationaux et oriente les actions qu’ils mènent, l’objectif étant de faire en sorte que les personnes atteintes d’albinisme ne soient pas exclues de la réalisation des objectifs de développement durable. Le Plan d’action régional prévoit des mesures, des cibles et des indicateurs qui sont en phase avec les objectifs de développement durable. La mise en œuvre du Plan contribuera donc directement à la réalisation des objectifs de développement durable.
Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 est essentiel pour garantir l’exercice des droits de l’homme par les personnes atteintes d’albinisme partout dans le monde, dans la mesure où il vise à ne laisser personne de côté et à aider les plus défavorisés en premier.

1- Suivie et évaluation du plan d’action régional :
Quant au suivi de ces différentes mesures du plan d’action régional, il est prévu des examens :

a. Examens nationaux :
Les examens nationaux sont menés par les États à titre volontaire, il s’agit là d’un bon point de départ pour la collecte de données sur les personnes atteintes d’albinisme et pour la sensibilisation à la situation de ces personnes au niveau national. La participation des personnes atteintes d’albinisme aux examens nationaux volontaires permettrait d’orienter non seulement les politiques nationales, en vue de contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable, mais également l’action des représentants de la communauté internationale dans les pays concernés. De plus, les informations sur la condition des personnes atteintes d’albinisme obtenues lors des examens peuvent, si elles sont fiables, faciliter les efforts des organismes intergouvernementaux et internationaux visant à améliorer leur situation.

b. Examens aux niveaux régional et mondial :
Au niveau régional, des organismes et mécanismes tels que les forums régionaux pour le développement durable, chargés par l’ONU d’effectuer le
suivi et l’examen de la mise en œuvre du Programme 2030, constituent des lieux d’échange propices à l’examen par les pairs et à l’établissement d’un consensus sur les priorités. Ils peuvent également servir à élaborer des messages clefs faits par les pays de la région lors du Forum politique de haut niveau pour le développement durable, l’instance chargée de l’examen annuel des progrès accomplis dans la mise en œuvre du Programme 2030. Les forums sont l’occasion pour les personnes atteintes d’albinisme de diffuser des informations sur leur situation qui soient pertinentes au regard de la réalisation des objectifs dans leur pays. Dans le cas du Forum régional africain pour le développement durable, les organisations de la société civile, les universitaires et les membres d’instituts de recherche, entre autres, peuvent intervenir sur les thèmes qui seront débattus dans le cadre de l’examen annuel.

I- Recommandations
Dans le Programme 2030, les États Membres se sont engagés à ne laisser personne de côté et à aider en premier lieu les plus défavorisés. Les personnes atteintes d’albinisme devraient donc être considérées comme faisant partie des plus défavorisées dans le cadre de la mise en œuvre du Programme 2030, notamment les objectifs qui concernent la réduction de la pauvreté, la santé, l’éducation, le travail décent et l’avènement de sociétés pacifiques, exemptes de la menace de violences et d’agressions. Il est donc absolument nécessaire d’incorporer aux politiques de développement des mesures et des indicateurs adaptés à la situation des personnes atteintes d’albinisme. Il faut faciliter la participation des personnes atteintes d’albinisme au suivi et à l’examen du Programme 2030 aux niveaux national, régional et mondial, notamment grâce aux examens nationaux volontaires et à la création de dispositifs nationaux de collecte de données ventilées.
Les différentes recommandations sont :

A. Les États Membres doivent :
L’Experte indépendante recommande que les États Membres, dans le cadre de leur engagement de ne laisser personne de côté, à commencer par les plus défavorisés, prennent les mesures suivantes :
a) Adopter une approche de la collecte de données fondée sur les droits de l’homme et renforcer la capacité nationale de ventiler les données qui renseignent sur la situation des personnes atteintes d’albinisme ;
b) Employer, dans le cadre de la collecte de données, la méthode mise au point par le Groupe de Washington sur les statistiques des incapacités et inclure dans les questionnaires utilisés pour les recensements nationaux une question permettant d’identifier les personnes atteintes d’albinisme ;
c) Veiller à ce que les personnes atteintes d’albinisme soient consultées lors de l’élaboration des plans et politiques nationaux de développement, lors de la collecte de données et lors des examens nationaux volontaires, et veiller à ce qu’elles participent à ces différentes activités ;
d) Adopter, dans le cadre de la réalisation des objectifs de développement durable, des politiques de développement qui comportent des mesures adaptées aux personnes atteintes d’albinisme et qui, s’il y a lieu, contribuent à la mise en œuvre des plans d’action nationaux sur l’albinisme ;
e) Veiller à ce que les États Membres accordent la priorité, partout dans le monde, aux personnes atteintes d’albinisme et adoptent des mesures spécifiques visant à atteindre les objectifs 1, 3, 4, 5, 8, 10 et 16 ;
f) Veiller à ce que les personnes atteintes d’albinisme vivant en Afrique subsaharienne ne soient pas exclues des efforts tendant à atteindre la cible 5.2, concernant l’élimination de toutes les formes de violence faite aux femmes et les pratiques néfastes, la cible 10.2, concernant l’intégration sociale, économique et politique de tous, indépendamment de leur couleur de peau et de leur handicap, et la cible 10.3, concernant l’élimination des lois, politiques et pratiques discriminatoires.

B. La Communauté internationale et les organisations internationales doivent :
L’Experte indépendante recommande que l’ensemble du système des Nations Unies, notamment les organismes, fonds et programmes, prenne des mesures tendant à :
a) Aider les États et les autres parties prenantes à faire en sorte que la collecte des données sur les personnes atteintes d’albinisme à l’échelle nationale, régionale ou mondiale suive une approche fondée sur les droits de l’homme et en respecté les principes ;
b) Aider les États et les autres parties prenantes à adopter et à mettre en œuvre des mesures en faveur des personnes atteintes d’albinisme dans le cadre des actions qu’ils mènent pour atteindre les objectifs de développement durable ;
c) Aider les États Membres à produire des données ventilées, notamment en mettant à leur disposition des indices relatifs aux personnes atteintes d’albinisme ;
d) Faire en sorte que les données fournies par l’ONU aux fins de l’établissement de rapports sur les objectifs de développement durable et les cibles et indicateurs y relatifs soient ventilées et utilisées pour former des indices relatifs aux personnes atteintes d’albinisme ;
e) Appuyer et renforcer les organisations de personnes atteintes d’albinisme et faciliter leur participation aux dispositifs mis en place en vue de la réalisation des objectifs de développement durable aux niveaux national, régional et mondial, en particulier aux examens nationaux volontaires ;
f) Mettre en place des programmes nationaux et régionaux de coopération entre organismes et entre parties prenantes en vue de venir en aide aux personnes atteintes d’albinisme, notamment grâce à la mise en œuvre du Plan d’action régional sur l’albinisme en Afrique.

C . Les organisations intergouvernementales régionales et sous régionales devraient :
a) Inscrire la question de la situation des personnes atteintes d’albinisme à l’ordre du jour de leurs différents organismes et mécanismes ;
b) Appuyer les États dans les efforts qu’ils font pour atteindre les objectifs relatifs aux personnes atteintes d’albinisme en promouvant l’adoption de mesures et d’indicateurs spécifiques.

D. Les organismes de développement, notamment la Banque mondiale, les banques régionales de développement, les organismes bilatéraux et les organisations non gouvernementales devraient :
a) Mettre au point des programmes visant à appuyer les personnes atteintes d’albinisme ou à intégrer la question de l’albinisme à leurs travaux ;
b) Appuyer les États en leur fournissant des données ventilées relatives à la fois aux objectifs de développement durable et aux personnes atteintes d’albinisme ;
c) Fournir un appui technique et financier à la mise en œuvre de programmes et de politiques relatifs aux objectifs de développement durable et axés sur les personnes atteintes d’albinisme ;
d) Appuyer les partenariats mondiaux, régionaux et nationaux consacrés aux personnes atteintes d’albinisme et y participer, notamment par l’intermédiaire du Plan d’action régional sur l’albinisme en Afrique.

E. Les organisations de personnes atteintes d’albinisme devraient participer à la réalisation des objectifs de développement durable aux niveaux national, régional et mondial.

F. Les établissements universitaires et les instituts de recherche devraient entreprendre des travaux de recherche sur la réalisation des objectifs de développement durable du point de vue des personnes atteintes d’albinisme, notamment la collecte de données et le suivi des progrès réalisés.

G. Les institutions nationales de défense des droits de l’homme devraient :
a) Surveiller les activités de collecte de données sur les progrès accomplis en vue de la réalisation des objectifs de développement durable au niveau national, pour s’assurer qu’elles suivent une approche fondée sur les droits de l’homme ;
b) Combattre les violations des droits de l’homme que subissent les personnes atteintes d’albinisme dans leurs pays, en commençant par mener des études au niveau national qui puissent orienter les efforts de réalisation des objectifs de développement durable ;
c) Aider les personnes atteintes d’albinisme à participer aux mécanismes et processus relatifs aux droits de l’homme et aux objectifs de développement durable.

EN CONCLUSION
La mise en place de ce plan d’action régional contribuera a l’atteinte :
- des objectifs élaborés dans le PLAN D’ ACTION RÉGIONAL SUR L’ ALBINISME,
- des ODD : 1, 3, 4, 5, 8, 10 et 16,
- des Cibles 5.2 ; 10.2 ; 10.3
- de l’Agenda 2030.

Télécharger

DIABATE ADAMA Rédacteur PROADIPH
Cote d’Ivoire

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité