fr

fr

Activités

Le 17 Mai Prochain, les Beninois iront aux...

Le 17 Mai Prochain, les Beninois iront aux urnes dans le cadre des élections municipales et Communales. Parmi les électeurs les personnes handicapées sont bien présentes et peuvent exprimés leur vote. À l'allure où vont les choses, les personnes handicapées semblent être laisser sur le carreau. A travers une lettre ouverte, le Président de L'association des Scolaires et Étudiants Handicapés du Benin Stéphane AMOUSSOU attire l'attention des autorités et Candidats sur les bonnes pratiques.

Mesdames et messieurs les candidats,
J’aurais aimé ne pas avoir à écrire ces quelques lignes ; mais hélas les réalités sociales des personnes que je suis appelé par le destin à défendre m’y oblige.
En effet, je suis AMOUSSOU Gbodja Stéphane Marys, président des étudiants et scolaires handicapés du Bénin. La présente lettre voudrait rappeler certains contrastes qui caractérisent la politique sociale dans notre pays. La démocratie pour qu’elle en soit une véritable, doit commencer à la base. Cela voudra dire que déjà à la base, chaque couche sociale doit se sentir prise en compte dans les politiques de développement local.
Rares sont les politiques de développement qui prennent en compte les personnes vivants avec un handicap ; à l’approche des examens de fin d’année, on voit des conseils communaux organisées diverses séances de travaux dirigés à l’attention des élèves ; mais combien de fois a-t-on pensé spécifiquement aux personnes handicapées ? Souvent, on essaie de primer l’excellence, combien de fois a-t-on pensé que parmi les personnes handicapées on pourrait trouver des preuves d’excellence ?

Et pourtant, ce ne sont pas des preuves d’excellence qui manque dans leur rang. Combien de fois les associations de personne handicapée ont introduit des demandes d’audience auprès des maires sans que ces demandes n’aient de suite ? Enfin, combien de fois les élus ont-ils cherché à savoir les besoins de leurs administrés en général et à plus forte raison ceux des personnes handicapées ?

La démocratie a été défini par Lincoln comme étant « le pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple » ; et la décentralisation se traduit littéralement en langue fongbé comme « le pouvoir qui revient à la base ». Sur la base de tout ceci, quand pourrions-nous espérer une réelle démocratie ? Quand pourrions-nous espérer une réelle décentralisation ?

Mesdames et messieurs les candidats, nous savons que la politique est l’art de gérer la citée ; et puisque les personnes handicapées font partie intégrante de cette citée que vous aspirez à diriger, nous vous prions de mieux nous considérer et de tenir compte de notre présence dans l’élaboration et la mise en œuvre de vos politiques de développement locale. Prenez exemple sur les mairies de Bohicon et de Lokossa qui ont installées des conseils d’enfant ou de jeunesse pour traiter des questions qui touchent au bien-être de ces couches. La mise en place de pareil cadre permet de maximiser les chances de réussite des actions entreprises.

Le présent message raisonne comme une exhortation adressée aux futures autorités de nos commune, villes, quartiers de villes et village pour un changement de paradigme en ce qui concerne les personnes handicapées. Songez à :
-  Accorder aux personnes handicapées en fin de formation des stages professionnel ;
-  Recruter les personnes handicapées titulaires des qualifications requises pour servir dans vos administrations ;
-  Accompagner les personnes handicapées dans le besoin vers des formations diplômantes et accompagner-les dans le processus d’installation ;
-  Aménager les infrastructures sociocommunautaires dans la mesure du possible afin qu’ils puissent être utilisées par les personnes handicapées ;
-  Créer des cadres de concertation pour mieux être informé des besoins des personnes handicapées ;
-  Inciter les personnes privées en attendant l’appui de l’Etat central à accorder des stages professionnels ou recruter les personnes handicapées ;
-  Prévoir des subventions pour accompagner les associations des personnes handicapées dans leur tâche de sensibilisation à la thématique du handicap.

Mesdames et messieurs les candidats, je n’ai pas l’intention d’avoir bien exposé la situation, mais, je crois que de tout ce que j’ai dit, il n’existe aucune chose qui puisse porter atteinte à la cohésion sociale de notre communauté ; au contraire, la communauté s’en sortirait grandi et plus égalitaire.

Marcel Candide HINVY Journaliste spécialisé dans les questions du Handicap et des droits Humains. Rédacteur sur le site Web proadiph

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité