en

en

News

La CDE au Niger

Ratifiée par le Niger le 30 septembre 1990, la Convention relative aux Droits de l’Enfant (CDE) est donc mise en oeuvre au Niger depuis 28 ans. La CDE, rappelons le, vise à garantir à tout enfant, quel que soit son sexe, son origine raciale, sociale ou religieuse les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels et invite les Etats à harmoniser leur législation interne avec la dite convention.

Les enfants de 5 à 9 ans représentent le plus grand pourcentage des enfants handicapés par rapport à la population des personnes handicapées (14,6%). Ils sont suivis de ceux de 10 à 14 ans (11,6%) et les 15 à 19 ans qui représentent 10,6%. L’intervalle 3 à 5 ans constitue le plus faible pourcentage, avec moins de 4% par rapport à la population des personnes handicapées.
Au Niger, les préjugés sont encore sources de beaucoup de discriminations à l’égard des personnes handicapées. Ainsi, certains responsables administratifs s’arrogent le droit de refuser à certains groupes d’enfants handicapés à accéder à des écoles, certaines filières de formation, niveaux d’enseignements malgré les dispositions pertinentes de certains textes, telle que l’ordonnance 93/012 du 02 mars 1993. Il est important de souligner qu’au-delà des aspects pratiques, la discrimination subsiste aussi dans certaines lois et règlements. (article 47.4 de la constitution du 25 novembre 2010, de l’article 8.5 du code électoral, des articles 42 et 43 de la LOSEN etc…).
En matière de politiques, une seule politique encadre le secteur éducatif au Niger : le Programme Sectoriel de l’Education et de la Formation (PSEF 2014-2024). Cette politique englobe tous les niveaux de l’éducation et prend en compte l’éducation des personnes handicapées. Il importe cependant de révéler, après une analyse profonde de ce programme, que le handicap sensoriel, intellectuel et l’albinisme n’ont pas été suffisamment pris en compte. En effet, l’on ne trouve aucune référence aux personnes sourdes et malentendantes, aux personnes aveugles, aux personnes handicapées intellectuelles et aux personnes atteintes d’albinisme dans ce document.
En marge donc de cette politique mi-inclusive, la Fédération Nigérienne des Personnes Handicapées (FNPH) et ses partenaires initient et mettent en oeuvre plusieurs actions d’envergures en vue d’une prise en compte accrue du handicap et des besoins spécifiques de toutes les personnes handicapées y compris les enfants, dans toutes les planifications de développement national, régional et local.

Bissoundi Zeinabou pour la FNPH.

Research about


Newsletter

Subscribe to the PROADIPH Email Newsletter