fr

fr

Activités

L’ASSOCIATION DES PERSONNES HANDICAPEES DE LA KOZAH AU CHEVET DES AUTRES ASSOCIATIONS SOEURS DE LA KARA.

Une enquête réalisée dans la région de la Kara en 2018 par , l’Association des Personnes Handicapées de la Kozah (APHAK) et ses partenaires techniques a révélé que les regroupements professionnels à but lucratif et à vocation coopérative et leurs faîtières/réseaux, manquent d’informations et d’expertise réelle sur les étapes et activités du processus de création, organisation, fonctionnement et dissolution d’une société coopérative selon l’OHADA. En vue de remédier à cette difficulté, APHAK a, suite à l’appel à proposition DPP/Pro-CEMA/AP/001 du Progragramme d’Appui à la Consolidation de l’Etat et du Monde Associatif (PRO-CEMA) initié le projet « développement organisationnel des faitières professionnelles et représentative de la région de la Kara ». La cérémonie de lancement de ce projet s’est déroulée le 2 décembre 2019 à Kara.

Le projet « développement organisationnel des faitières professionnelles et représentative de la région de la Kara » a pour objectif général de renforcer les capacités organisationnelles et institutionnelles des faîtières professionnelles et représentative de la région de la Kara pour leur permettre d’une part de jouer pleinement leurs rôles tout en contribuant à la résolution participative des problèmes de leurs affiliées et d’autre part être plus redevables et crédibles auprès de leurs membres et de l’Etat.
La cérémonie de lancement a été présidée par le Préfet de Kozah le colonel BAKALI. Ce dernier s’est félicité de l’initiative de APHAK qui est une organisation de personnes handicapées et qui tient beaucoup à l’inclusion car cet projet ne vise pas que les personnes handicapées mais aussi celles non handicapées.
Il ressort de la présentation du projet qui a une durée de 9 mois que celui-ci comporte 04 résultats principaux à savoir :
R1 : Les faitières des OSC, professionnelles et représentatives, sont capables de renforcer les capacités de leurs membres, en particulier des femmes et de jeunes filles, à jouer pleinement leur rôle d’acteur de développement et de contrôle de l’action gouvernementale ;
R2 : L’État assure la promotion, la supervision et le dialogue avec le monde associatif ;
R3 : La participation des femmes et des jeunes filles à la vie publique et politique ainsi qu’à la gestion des affaires locales est accrue ;
R4 : Le monde culturel s’intègre dans des actions de dialogue de la société civile et dispose de meilleures conditions afin de participer au débat citoyen.
Après le lancement, les activités de mission vont démarrer.

AMOUGNOM Dikpedama
Rédacteur proadiph/Togo

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité