fr

fr

Actualités

Je suis de la Génération Égalité : Levez vous pour les droits des femmes

La journée internationale de la femme met en avant les droits des femmes , notamment pour la réduction des inégalités par rapport aux hommes. En cette occasion, nous célébrons la femme handicapée...

« Je suis de la Génération Égalité : Levez-vous pour les droits des femmes »
Vingt-cinq ans après l’adoption de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing, cinq ans après les objectifs pour le développement durable, le moment est venu de faire le point sur les progrès accomplis et de combler les lacunes qui subsistent en prenant des mesures audacieuses et décisives.
Alors que nous entamons la Décennie d’action pour réaliser les Objectifs de développement durable, il nous faut faire voler en éclats les préjugés et les partis pris de longue date si nous voulons parvenir à l’égalité des sexes.

Les femmes handicapées se heurtent, dans les sphères privée et publique, à des difficultés bien plus grandes que le sont les hommes, notamment à des entraves à l’accès à un logement décent, à la santé, à l’éducation, à la formation professionnelle et à l’emploi, La promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes est indispensable à la réalisation des objectifs de développement durables. Les femmes handicapées souffrent d’une double discrimination qui leur fait courir des risques plus élevés d’être victimes de violences sexistes, d’abus sexuels, de défaut de soins, de mauvais traitements et d’exploitation.
Le plus souvent, les femmes font face à des désavantages sociaux, culturels et économiques qui réduisent leurs chances de surmonter leur handicap et font qu’il est difficile pour elles de participer à la vie sociale.

La convention relative aux droits des personnes handicapées reconnaît que les femmes et les filles handicapées courent souvent, dans leur famille comme à l’extérieur, des risques plus élevés de violence, d’atteinte à l’intégrité physique, d’abus, de délaissement ou de défaut de soins, de maltraitance ou d’exploitation.
La Convention s’attaque à ce problème sous deux angles, celui de la promotion de l’égalité des sexes et celui de l’autonomisation des femmes handicapées. En outre, le document final de la vingt-troisième session reconnaît que la discrimination à l’encontre des femmes handicapées constitue un obstacle au plein exercice de leurs droits fondamentaux et à la mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing.


En effet, à la vulnérabilité du statut de femme s’ajoute une autre vulnérabilité, encore plus marquante, celle de personne handicapée. C’est pour cela que de nombreux spécialistes des questions relatives au handicap considèrent les femmes handicapées comme une catégorie sociale particulièrement vulnérable.
La marginalisation des filles et des femmes, quels que soient leur âge et leur handicap, continue de faire obstacle à l’application complète et rapide du Programme d’action de Beijing. Il est donc nécessaire de prendre leurs préoccupations en compte et d’y remédier dans toutes les activités d’élaboration des politiques et des programmes. Il est également impératif de prendre des mesures particulières à tous les niveaux pour inscrire ces préoccupations dans le cadre général du développement.

Les Etats doivent favoriser l’autonomisation des femmes en augmentant leur confiance en soi, en garantissant leur participation, et en renforçant leur pouvoir et leur autonomie à prendre des décisions dans tous les domaines affectant leur vie.

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité