fr

fr

Activités

JIPH : Ouorou Barè et Achim Tröster pour l’inclusion sociale des personnes handicapées

La journée internationale de la personne handicapée (JIPH) est célébrée chaque 03 décembre. A cette occasion, l’ambassadeur de l’Allemagne, Achim Tröster, et le président du Comité national paralympique (CNP), Ouorou Barè, ont annoncé un géant concert à la résidence du chef de la mission diplomatique allemande au Bénin. Objectif: promouvoir l’inclusion sociale des personnes handicapées.

C’est au cours d’une conférence presse que l’événement prévu dans la soirée du mardi 3 décembre a été annoncé. L’aventure démarrée depuis six ans entre Ouorou Barè et l’ambassade allemande pour l’épanouissement des personnes handicapées est en train de s’inscrire dans le temps. Une main tendue de l’Allemagne qui reste une satisfaction pour le président Barè. Selon le diplomate, c’est le fruit de l’effort et de l’engagement du président Barè qui fait assez d’efforts.

A la conférence de presse, Achim Tröster, ambassadeur de l’Allemagne près le Bénin, a déclaré : « La première raison pour laquelle on se réjouit beaucoup, c’est de pouvoir répéter l’expérience de l’année passée, (…) c’était vraiment une des soirées les plus divertissantes qu’on a expérimenté ici. Ça veut dire que du coté humain, c’était enrichissant. »

Ouorou Barè, président du CNP, a quant à lui déclaré : « Lorsque vous voyez des personnes comme l’ambassadeur Achim Tröster nous tendre la main, c’est une caution… Quand les invités verront que l’ambassadeur, « parrain de l’événement « , par son engagement accepte que tous (Personnes handicapées et diplomates – ndlr) viennent dîner au tour d’un concert, c’est la preuve que le diplomate promeut l’inclusion sociale ».

A la question : « Êtes-vous satisfait des conditions vu l’évolution des luttes pour l’inclusion ? », le président du CNP répond : « C’est un défi perpétuel. Même si l’inclusion au Bénin est à l’image de la personne handicapée aux USA, il y aura toujours un besoin de plus. L’homme reste un éternel insatiable. Mais je me satisfais de là où nous sommes arrivés. Tant que nous sommes, on est handicapé ».

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité