fr

fr

Actualités

Handifestival ou le festival international des handicapés à Nouakchott, une première

La tendance en matière du handicap change aujourd’hui et maintenant en faveur des personnes en situation de handicap, et ce, de façon très visible dans le monde entier. C’est cette visibilité qu’a offerte la Mauritanie aux personnes en situation de handicap de par le monde avec l’organisation du festival des personnes en situation de handicap, Handifestival.

Depuis quatre ans déjà qu’Handivestival se déroule à Dakar, au Sénégal, il a posé ses valises cette année-ci à Nouakchott, en Mauritanie afin de décentraliser l’événement et lui donner d’autres couleurs suivant la particularité des pays qui l’abritent. Et cette année c’est à la Mauritanie de lui donner d’autres couleurs. C’est dire donc que c’est une première en Mauritanie. Son lancement s’est fait le 03 Décembre 2011, dans la salle de spectacle de l’ancienne Maison des jeunes devant un parterre de personnes en situation de handicap, des responsables d’associations actives dans le domaine et d’autorités administratives, politiques, culturelles et sportives. C’est un festival culturel et sportif placé sous le haut patronage de Son Excellence Monsieur le Président de la République islamique de Mauritanie, Mohamed Ould Aziz. Dans une allocution prononcée pour la circonstance, le ministre des Affaires islamiques et de l’enseignement originel, M. Ahmed Ould Neini, présent au festival et représentant le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, a indiqué que l’organisation de la première édition de ce festival à Nouakchott traduit le souci du gouvernement de concrétiser les orientations du président de la République qui vise à redynamiser la scène culturelle dans les différents domaines. Il a ajouté que cette manifestation permettra de mettre en exergue les compétences et les performances dont disposent les personnes handicapées. Les compétences, les personnes en situation de handicap, estimées à plus d’une centaine de millions, en ont ! Mais elles sont généralement exclues de la société et ne bénéficient pas des programmes exécutés en faveur des populations malgré l’existence de la Convention internationale adoptée par les Nations Unies en 2006.

Handifestival est un festival qui a réuni trois pays internationaux tels le Sénégal, la Gambie et Togo qui ont rejoint le pays hôte, la Mauritanie, autour des spectacles de contes, théâtre et de chants avec un haut niveau professionnel des participants. Tous les acteurs ont une particularité qui force l’admiration. Mais certains artistes en situation de handicap ont su se démarquer de la masse. Il s’agit de Omar MANE, musicien Sénégalais, de Kebba MANNEH, musicien non voyant de la Gambie, de Abdou Razak BAH-TRAORE, comédien et conteur handicapé physique du Togo et Ousmane GUISSE, musicien handicapé de la Mauritanie. Kebba MANNEH est issu d’une famille de musiciens jouant au balafon malgré qu’il soit non voyant. Il a contracté la maladie de glaucome aigu qui depuis lors lui a fait perdre totalement la vue. Il est donc une virtuose du balafon qui joue aussi à la guitare électrique. Mais il a une particularité hors pair puisque gaucher, il joue à la guitare accordée pour droitier. Il joue dans des hôtels de la capitale (Banjul) et a eu la chance, grâce à sa musique de faire un long séjour de six (06) mois à Londres où il fut invité à la radio BBC LONDON (émission GILLETT, 24 Janvier 2004). Il en a évidemment profité pour faire des concerts avec des amis musiciens et distiller son savoir faire à quelques élèves.

Lancé le 03 Décembre 2011, Handivestival a pris fin le 05 Décembre 2011 (comme pour l’ouverture dans la salle de spectacle de l’ancienne Maison des jeunes de Nouakchott) parce que n’ayant pas reçu le soutien financier voulu. Les organisateurs ont eu de nombreuses difficultés dans la mobilisation des fonds. C’est ainsi que plusieurs activités ont été annulées et de nombreuses vedettes internationales, notamment les maliens Amadou, Mariam et Ismaël Isaac, ne feront pas le déplacement. Les partenaires sollicités, en l’occurrence la société Pizzorno, partenaire officiel de l’événement qui a fait faux bon, à la dernière minute et beaucoup de requêtes sont restées sans suite. Ce qui a fait que les infrastructures mises à disposition, n’ont pas été accessibles, vu les moyens dont disposaient les organisateurs. La publicité bien entendu, n’a pas été suffisante.

Ce n’est pas si étonnant la manière avec laquelle les partenaires se sont défilés. Ils n’y voient certainement aucun intérêt, surtout quand il s’agit des personnes en situation de handicap. Le patronage du président de la République n’a pas non plus arrangé les choses. On leur donne le bénéfice du doute pour ne retenir que la volonté des organisateurs à avoir, malgré tout permis la tenue du festival. La chaîne n’est donc pas rompue. Et la sixième édition se tiendra contre vents et marées. C’est une promesse et un espoir. L’espoir que tôt ou tard les personnes en situation de handicap seront connues et acceptées pour ce qu’elles sont et respectées à leur juste valeur. Ça ne saurait tarder avec l’implication plus jamais des personnes en situation de handicap elles-mêmes avec des festivals, séminaires de sensibilisation ça et là pour que le monde comprenne et connaisse les réalités que vit cette tranche de population trop souvent ignorée et marginalisée. Un autre festival, FESTIBI s’annonce cette année en Juillet 2012 à Lomé. C’est un festival qu’organise l’association de et pour personnes en situation de handicap du Togo qui promeut les droits des personnes en situation de handicap à travers les arts et la culture. Ce festival sera en Juillet à sa troisième édition. C’est la preuve que les personnes en situation de handicap ne dorment pas quand il s’agit de leurs droits.

Abdoul Rafiou Lassissi (Rafstar)

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité