fr

fr

Actualités

Gestion du Covid-19 au Bénin : « Les personnes handicapées sont oubliées »

Les personnes handicapées du Bénin se sentent lésées dans la gestion de la pandémie du nouveau coronavirus Covid-19. Alors que des mesures préventives sont prises pour freiner la propagation du virus au sein de la population. Nassirou DOMINGO, Président de la Fédération des Associations de Personnes Handicapées du Bénin (FAPHB) déplore la non-prise en compte des besoins spécifiques des personnes handicapées dans les décisions.

Dans cette interview réalisée par Flore S. NOBIME, il partage le calvaire des personnes handicapées et appelle les autorités à agir afin qu’elles ne soient pas laissées de côté.

Quelle est la situation des personnes handicapées dans le contexte actuel de Covid-19 ?

Les personnes handicapées vivent une situation difficile parce qu’elles sont doublement affectées. Celles qui ont une activité sont pour la plupart des artisans qui vivent au jour le jour et ces activités sont bloquées aujourd’hui. Elles sont aussi affectées par les difficultés liées aux restrictions concernant le transport en commun, elles manquent de ressources pour s’approvisionner en vivres.

L’information liée au Covid-19 leur est-elle accessible ?

Elle n’est pas accessible à toutes les personnes handicapées, car tout le monde n’a pas un poste téléviseur et ne comprend pas la langue française, surtout ceux qui sont au fin fond du pays. Les communiqués télévisés ne sont pas en gros caractères pour faciliter la lecture. Nous apprécions la traduction en langue des signes de certains messages télévisés. C’est une très bonne chose car les personnes handicapées auditives sont directement informées. C’est un effort louable, mais toutes les informations et les communiqués ne sont pas systématiquement traduits en langue de signe.

Comment pourrait-t-on s’y prendre, selon vous, pour que ces messages touchent ceux qui ne le sont pas encore ?

Il serait bien de faire en sorte que les organisations de personnes handicapées soient plus informées afin de leur porter la bonne information. Il serait aussi louable que les médias contribuent en communiquant sur la nécessité de tenir compte, à tout prix, des personnes handicapées.

Le Bénin s’est engagé à ne laisser personne de côté. Qu’est-ce que cela signifie-t-il pour vous ?

Cela veut dire tenir compte du point de vue des personnes handicapées dans toutes les prises de décisions les concernant. Il faut reconnaître que l’effort se fait par les gouvernants mais, dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, nous n’avons pas senti notre prise en compte pour le moment. Peut-être que des choses se préparent à notre endroit mais, nous craignons que cela ne soit tard.

Plusieurs villes sont isolées du reste du Bénin depuis le 30 mars. Comment y vivent les personnes handicapées ? Ont-elles facilement accès aux masques et désinfectants des mains ?

Leur situation n’est pas reluisante. C’est le sauve qui peut. Les personnes handicapées sont les plus oubliées dans l’accès aux masques de protection et aux désinfectants des mains. Elles sont exposées aux dangers de contamination, de propagation du virus et même de mort car certaines personnes handicapées sont dépendantes et ont besoin d’une assistance permanente. Pour une bonne prévention, il faut prendre en compte, à mon avis, sérieusement cette catégorie qui est la plus exposée à la pandémie.

Qu’en est-il des personnes vivant avec un handicap psychique ?

Elles font partie de celles qui ont besoin de plus de prise en charge. Elles sont à risque par rapport à la pandémie car elles peuvent toujours oublier les mesures des préventives par manque de concentration.

Avez-vous un message particulier à l’endroit des autorités ?

Mon message en cette période difficile de crise sanitaire est qu’il faut prendre en compte réellement les personnes handicapées dans les mesures de prévention en nous rendant accessibles toutes les dispositions pensées et mises en place. Les dispositifs de lavage de mains ne sont pas adaptés aux personnes handicapées moteurs qui peuvent continuer d’être source de propagation.

Extrait de la publication du Quotidien "Le Chasseur Infos" par :

BIAOU Boni Romulus / Point focal PROADIPH Bénin

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité