fr

fr

Actualités

Être forcé-e de rester à la maison

Ne pas être en mesure de recevoir beaucoup de visiteurs. Ne pas avoir accès à de nombreuses infrastructures publiques. Être dépendant des décisions des autorités pour jouir pleinement de vos droits. Nous ressortons dans cette analyse de Shantha Rau Barriga, directrice de la division des droits des personnes handicapées à Human Rights Watch, certaines réalités vécues par les personnes handicapées dans quelques pays du monde.

Bien avant la pandémie COVID-19, c’était la réalité quotidienne de nombreuses personnes handicapées vivant dans des institutions et des hôpitaux psychiatriques dans le monde entier. Aujourd’hui, beaucoup d’entre nous ont un aperçu de ce que peut être la vie sous de telles restrictions.
Malgré les difficultés, la situation actuelle pourrait également être l’occasion de mieux comprendre et de soutenir la lutte pour les droits des personnes handicapées. Il est temps de rendre le monde plus accessible à tous après la pandémie de coronavirus.

On vous dit de ne pas quitter votre domicile. Personne ne peut vous rendre visite. Les réserves de nourriture peuvent être limitées. Vous attendez que les autorités vous disent quand vous pourrez à nouveau jouir de votre liberté.
Les pays commençant tout juste à assouplir les mesures de confinement mises en place pour arrêter la propagation du coronavirus, nous pouvons maintenant mieux comprendre ce que c’est que d’être enfermé dans un endroit et ce que cela peut faire pour notre santé mentale et physique. Notre enfermement est temporaire, mais imaginez ce que cela devrait être si c’était la norme : vivre dans l’isolement, privé d’amis et de liberté, non seulement pendant des semaines, mais pendant des années, et dans de nombreux cas jusqu’à la mort.
Ces dernières semaines, j’ai beaucoup pensé aux personnes que j’ai rencontrées lors de mes visites d’installations fermées au fil des ans. Le jeune garçon atteint du syndrome de Down et au large sourire, qui a été abandonné alors qu’il était bébé dans une institution surpeuplée qui abrite plus de 1 000 hommes, femmes et enfants handicapés à New Delhi, en Inde. Ou le jeune homme coincé dans un hôpital psychiatrique en Croatie pendant des années parce que sa famille ne voulait pas le ramener chez lui. Ou encore la femme souffrant de troubles mentaux dont la cheville a été enchaînée à un sol en ciment dans un centre de "guérison" spirituelle au Ghana.
Il a fallu une pandémie mondiale pour donner au public quelque chose que des années de plaidoyer n’ont jamais pu donner : un sentiment urgent et inébranlable de ce qu’est vraiment la vie dans l’isolement et, pour certains, sous de sévères restrictions.
Même pour ceux qui vivent dans des établissements privés, aucun soin coûteux et aucune thérapie bien intentionnée ne peuvent compenser la solitude qui découle de la vie dans un établissement fermé. L’isolement social dont souffrent les gens peut alimenter l’anxiété, la dépression, le manque de sommeil et la baisse de l’immunité.
Il n’y a pas que dans les institutions que les personnes handicapées sont enfermées. Prenez les parents que j’ai rencontrés au Népal et qui n’ont pas eu d’autre choix que d’enfermer leur fils de 12 ans, qui souffre d’un handicap de développement et qui a été exclu de l’école, afin qu’il puisse travailler dans les champs. Il n’avait le droit de quitter sa chambre qu’une fois par jour pour prendre l’air. Mes collègues et moi avons rencontré des dizaines de personnes souffrant de troubles mentaux qui ont été confinées dans des pièces à l’arrière, des sous-sols ou même des étables à chèvres, complètement seules, souvent maintenues par des chaînes. En Indonésie, une femme a été enfermée dans un hangar pendant plus de 15 ans.

Nous devrions utiliser cette nouvelle prise de conscience pour repenser fondamentalement pourquoi il est acceptable que des personnes handicapées, y compris des personnes souffrant de problèmes de santé mentale, soient forcées de vivre de cette manière.

L’une des principales raisons du statu quo - outre la stigmatisation et la discrimination - est que nous n’avons tout simplement pas mis en place les services nécessaires pour aider les personnes handicapées à vivre de manière indépendante. Les services qui existent sont principalement centrés dans les institutions résidentielles et les hôpitaux. Nous devons saisir cette opportunité pour passer de l’institutionnalisation à de solides réseaux de soutien au niveau communautaire. De nombreux groupes, y compris des organisations gérées par des personnes handicapées, ont fait pression en faveur de services de proximité tels que des programmes de soutien par les pairs, des lignes d’assistance téléphonique d’urgence pour les personnes en crise de santé mentale et un soutien psychosocial en ligne. Écoutons-les. C’est là que les gouvernements doivent investir.

Cela signifie que les gouvernements doivent fournir plus qu’une simple aide médicale ou psychologique. Pour la plupart d’entre nous, la vie est rapidement devenue plus stressante, car nous devons nous battre pour des choses essentielles comme acheter de la nourriture, payer nos factures, obtenir des médicaments ou garder un emploi. Pour les personnes en situation de certains handicaps, il est essentiel d’obtenir un soutien pratique quotidien. C’est précisément ce que font des programmes novateurs, comme celui de Bruxelles, qui pourraient servir de modèle à d’autres pays sur la manière d’autonomiser et de soutenir les personnes ayant des troubles de santé mentale sans recourir à la force ou à l’institutionnalisation.
Transformer les soins et les institutions de santé mentale n’est pas une tâche facile, surtout avec les ressources mondiales qui sont pleinement utilisées en réponse à la crise COVID-19. Mais cette pandémie n’est pas seulement une urgence sanitaire, c’est aussi une opportunité de développer un système de services de soutien qui fonctionnent mieux pour les personnes handicapées et respectent leurs droits.

Maintenant que nous avons eu un aperçu de ce que c’est que d’être enfermé, nous ne pouvons certainement pas laisser les personnes handicapées continuer à vivre dans un état d’enfermement permanent.

Source : www.hrw.org

Repris par Brice BANDO, Point focal PROADIPH-Togo

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité