fr

fr

Actualités

Déclaration du Haut — Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, M. Zeid Ra’ad Al Hussein à l’approche de la première Journée Internationale de Sensibilisation à l’Albinisme, le 13 juin 2015

Genève (le 11 juin 2015): La première journée mondiale de sensibilisation à l’albinisme est une occasion de célébrer les talents et les réalisations des personnes atteintes d’albinisme et de se joindre au combat contre les difficultés auxquelles ils font face.

Dans tous les pays, des enfants naissent avec l’albinisme en raison d’un gène récessif porté par les deux parents. Mais, à travers le monde, ces enfants font face sans doute à des menaces, des préjugés et même de la violence et des stéréotypes en raison de la couleur de leur peau. Ils n’ont souvent pas accès aux soins de santé appropriés bien que l’albinisme puisse détériorer leur vision et augmenter les risques de cancer cutané. La non-prise en compte de cette déficience visuelle ainsi que les moqueries et la maltraitance peuvent les contraindre à l’abandon scolaire, aggravé par une exclusion sociale considérable, ce qui peut avoir pour conséquences le chômage, l’isolement et la pauvreté tout au long de la vie.

Dans certaines régions du monde, les personnes atteintes d’albinisme peuvent être l’objet d’atrocités horribles parfois mortelles. Des militants de la société civile ont rapporté que des centaines de personnes vivant avec l’albinisme dont une majorité d’enfants ont été tués, mutilés ou autrement agressés dans au moins 25 pays africains, en raison de la croyance que leurs parties du corps conféreraient des pouvoirs surnaturels. De nombreux cas demeurent non documentés en raison de l’isolément des victimes, de l’opacité qui entoure les pratiques rituelles et de l’indifférence. Il est choquant de voir que ces crimes n’ont été que très rarement enquêtés et fait l’objet de poursuites.

Tout dernièrement, des cas de discrimination et de violence à l’encontre de personnes atteintes d’albinisme ont été mis en lumière par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples et par mon Bureau. Dans les semaines qui viennent, un Expert Indépendant des Nations Unies sera nommé pour donner une expression internationale aux inquiétudes des personnes vivant avec l’albinisme et contribuer à la protection de leurs droits. En Tanzanie et au Malawi, des efforts sont en cours pour élaborer des stratégies nationales pour lutter contre la violence et les discriminations dont ils sont victimes. Pendant ce temps, des activistes de la société civile à travers le monde continuent leur indispensable et exaltant travail pour lutter contre la stigmatisation nocive et veiller à ce que les victimes aient accès à la justice, aux soins et à la réparation.

Il n’y a pas de place dans ce 21e siècle pour les croyances erronées et nuisibles, ou toutes formes de discriminations. Les personnes atteintes d’albinisme ont autant droit à la dignité que n’importe quel autre être humain. Ils ont le droit de vivre sans discrimination, sans privation et sans peur. Je lance un appel aux États pour renforcer l’éducation afin de lutter contre l’ignorance qui entoure l’albinisme et apporter les soins appropriés. En outre, ils doivent enquêter sur les cas de discrimination et de violence à l’encontre de personnes atteintes d’albinisme et faire respecter la loi. J’encourage également les activistes de la société civile et les institutions des droits de l’homme à continuer de faire des rapports sur la situation des droits de l’homme des personnes vivant avec l’albinisme à travers le monde. La sensibilisation est le socle de l’action et cette première journée internationale de sensibilisation à l’albinisme est une lueur d’espoir pour les personnes atteintes d’albinisme de partout.

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité