en

en

News

Conférence-débat en prélude à la célébration de la 27ème édition de la JNPH du Niger

Dans le cadre de la célébration de l' édition 2019 de la Journée Nationale des Personnes Handicapées (JNPH ) du Niger, la Fédération Nigérienne des Personnes Handicapées (FNPH ) a, avec l'appui de ses partenaires organisé le 27 juillet dernier une conférence-débat pour une meilleure réussite de l'éducation des personnes déficientes mentales et auditives au Niger.

<< L’éducation des Personnes déficientes mentales et auditives, quel soutien? >>. C’est autour de cette thématique de l’heure que, organisations des Personnes Handicapées, partenaires au développement et personnes déficientes mentales et auditives elles mêmes, vont pencher les réflexions aux fins de dicerner le meilleur soutien à apporter à ces deux catégories de personnes handicapées pour valablement répondre à leur besoin pressant que sont les multiples difficultés au plan éducation. Des discussions fructueuses accompagnées d’ émouvants témoignages ont permi aux participants de toucher du doigt la situation que traversent les personnes déficientes mentales et auditives au Niger. Deux cas spécifiques ont retenu l’attention de tous. D’abord, le cas de Halimatou Saadatou ( en tenue bleue sur l’image), ensuite celui de Djibrilla Niandou.
Halimatou Saadatou Mahamadou Abdou est cette jeune fille de 23 ans, née avec un handicap lourd, mais qui, grâce au courage et à la persévérance de sa mère, est arrivée à surmonter son handicap et à dépasser les frontières des préjugés. En effet, Halimatou est une personne déficiente mentale qui a commencé ses premiers pas à l’école primaire comme tous les enfants de son âge. Mais, elle y restera seulement 3 ans à cause de son handicap. Faute de sensibilisation et de conditions adéquates, les barrières vont tout de suite se dresser. Ainsi, Halimatou se verra renvoyer de l’école. Malheureusement, dirions-nous certainement. Mais, la brave mère de Halimatou ne sera pas d’avis. Mme Mahamadou Abdou Fatimata va se reconvertir en enseignant, chose à la quelle elle s’est donnée corps et âme pour assurer à sa fille la même éducation que ses paires qui sont restés à l’école. <<Mon espoir c’est de voir tous les enfants handicapés accompagnés et soutenus. Et les parents doivent être au premier rang de cette lutte>> dira la mère de Halimatou.
Aujourd’hui, Halimatou a réussi, non seulement dans l’apprentissage général mais aussi dans celui des NTIC. Elle poursuit son parcours et compte décrocher le diplôme d’avocat. Comment la jeune Halimatou peut-elle réaliser une telle ambition? La question reste posée à chacun de nous.
Le second témoignage porte sur Djibrilla Niandou, le premier élève sourd ayant décroché le BAC. Il importe en effet, de rappeler la triste historique de l’école des sourds et malentendants de Niamey, qui de sa création en 1980, à 2018 n’a enregistré aucun bachelier. Durant 28 ans, tous les candidats proposés au baccalauréat ont successivement échoué. La raison est toute simple: l’inadaptation des conditions d’études, le manque cruel d’enseignants professionnels et d’appareils additifs adaptés. Face à toute cette adversité, Djibrilla Niandou fera l’exception. Aux sessions du BAC 2019, il obtint le BAC D dès le premier tour. Félicitations Djibrilla Niandou vous faites honneur aux personnes handicapées. Il n’y a pas l’ombre d’un doute, vous êtes désormais une source d’inspiration.

Bissoundi Zeinabou pour la FNPH.

Research about


Newsletter

Subscribe to the PROADIPH Email Newsletter