fr

fr

Activités

Bénin : les clarifications de Dénis Djossou, l’homme au bras amputé par le gaz lacrymogène Par Benjamin Casimir Vodjo le 4 mai 2019

Dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux en l’occurrence Facebook, Dénis Djossou, l’homme au bras décapité par le gaz lacrymogène le mercredi 1er mai lors des manifestations de la population entrant dans le cadre de l’empêchement d’une supposée tentative d’arrestation de Boni Yayi, a donné sa version des faits. A l’en croire, il n’était mêlé ni de près ou de loin aux manifestants. C’était l’image la plus accablante qui s’est répandue telle une traînée de poudre sur les réseaux sociaux au Bénin voire les pays environnants. Le jeune homme, vêtu en une tenue traditionnelle »Boumba », et qui tutoyait la zone d’affrontement entre populations et force de l’ordre a été accidentellement victime de gaz lacrymogène et malheureusement s’est vu amputé de sa main droite. L’image est d’autant plus horrible et très sensible que certains internautes ont laissé des commentaires tristes et de compassion.

Selon la version recueille de certains témoins par une équipe de BENIN WEB TV, « la victime a pris le gaz lacrymogène tiré par les policiers », pour quelle fin ? On ne saurait le dire. Tout ce qu’on n’en sait, est que le gaz s’est « explosé et a amputé l’une de ses mains ». Conduit d’urgence à l’hôpital dans un bain de sang coulant à flot, il a subit les premiers soins et s’en est sorti avec un bras coupé et des séquelles non moins négligeables.

« La bombe s’est explosée dans ma main »
Clarifiant les événements du drame, il confirme la version des témoins que nous avions interviewés et ajoute qu’il ne faisait pas partie des manifestants qui sont entrés en altercation avec les policiers suite à la militarisation du domicile de l’ex-chef d’Etat Boni Yayi : « j’étais au niveau de Mônt Sinaï et c’est quand j’arrivais sur les lieux qu’ils ont barré la voie de Houéyihô et camp Guézo ainsi que celle de Cadjèhoun(…) j’étais avec les bonnes dames et subitement j’ai vu une bombe (Ndr gaz lacrymogène) tombée devant nous. Et quand j’ai décidé de prendre la bombe (Ndr gaz lacrymogène) pour le lancer sur la voie, ça s’est explosée dans ma main », a expliqué Denis Djossou.

Poursuivant, il détaille que les médecins ont dû couper sa main lors des traitements et a par la suite appelé à une aide financière pour amortir les charges médicales dont il fait face actuellement à l’hôpital.

Tension électrique…
Les élections législatives entrant dans le cadre de la huitième législature au Bénin a connu une forte abstention de la population. Le jour du scrutin, le pays a connu une coupure de l’internet ainsi que de vive tension avec d’énormes dégâts déplorables. La situation s’est empirée avec la supposée tentative d’arrestation de l’ancien président Boni Yayi qui a occasionné des échauffourées entre manifestants et forces de l’ordre et plongeant certaines populations du pays dans une psychose sans précédent.

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité