fr

fr

Activités

Bénin Handisport / Fayssal ATCHIBA en route vers Tokyo

( Il veut et il peut SAUTER sur une occasion en or) Veines saillantes, muscles bien tracés, physique de lutteur, Fayssal ATCHIBA (27 ans), a un corps d’athlète (1m86). Pourtant, l’image renvoyée par cette description reste incomplète. Tant, son physique n'est pas spécifié. A 12 ans, une piqûre vénéneuse lui prend un bras.

Le sport, sa passion !

Amoureux du cuir rond dès son enfance, Fayssal ATCHIBA raconte qu’il en était dépositaire d’un talent inné : « Je serais sans doute devenu un grand footballeur sans ce handicap ». Le sport est ma passion, je la vis comme une âme››.

De la passion à la profession

En 2016, la Fédération d’athlétisme du Bénin organise la première sélection du handisport. Fayssal ATCHIBA y participe et se fait remarquer grâce à sa brillante performance. Il attire le très expérimenté coach Ambroise Adahoumin. Premier contact ! Objectif fixé : les Jeux Paralympiques de 2020.

Sur le chemin de Tokyo, une série d’obstacles qu’il surmontera les uns après les autres. Spécialiste du 100, 200m et du saut en longueur, Fayssal ATCHIBA s’illustre dès l’entrée en piste. Il remporte l’argent au 100m du championnat national.Les 8èmes Jeux de la francophonie lui ouvre les portes du haut niveau.

Il est sur la troisième marche du podium au saut en longueur et sera triple médaillé d’or lors d’une compétition régionale d’athlétisme. À Tunis en 2019, Faysall ATCHIBA remporte une médaille d’argent au 100m, une bronze au saut en longueur et du coup, son billet pour le championnat du monde de 2019 à Dubaï.

Non moins fier de cette performance, le jeune athlète a les yeux rivés sur l’avenir. Il convoite une médaille au Jeux paralympiques (septembre 2020), de Tokyo. Son rythme de travail s’est intensifié. Il s’entraîne en moyenne 5 jours par semaine à raison de 4 heures par jour dans l’enceinte du stade de l’amitié Mathieu Kérékou de Kouhounou avec des personnes valides.

Devenir le premier Béninois sur un podium paralympique, le hante.

Corps de fer et mental d’acier.

Originaire de Bassila au nord du Bénin, cadet d’une fratrie de trois enfants, l’avenir de cet amputé aurait pu être compromis. S’il a pu tenir face aux discriminations et relever le permanent défi de l’intégration, c’est grâce à sa force de caractère. Lorsqu’on lui demande s’il se considère différent : « Je ne me suis jamais senti différent ».

Refusant de se mettre en marge de la société et interdisant à celle-ci de l’exclure. Faysall ATCHIBA a réussi à avoir une vie normale. En union libre et sans enfant pour le moment, comme tous les jeunes de son âge, il aime passer du bon temps à la plage en compagnie de ses amies.

Lorsqu’il considère sa propre histoire, toutes ses réflexions sur les personnes handicapées se résument ainsi : « Nous constituons une mine de talents que bien souvent la société à force de stigmatiser empêche d’éclore ».

Des mots qui résonnent fort et le poussent à travailler, toujours un peu plus afin de rappeler une vérité : « Etre handicapé n’est pas une fatalité… ».

Alors, Fayssal premier athlète Béninois sur un si prestigieux podium ? Réponse en septembre 2020 !

Par SALAHOU YEKINI Abdoul-Wahab

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité