fr

fr

Activités

Atelier de restitution des résultats de l’enquête CAP : Pour une réduction maximale de l’auto-stigmatisation, de la stigmatisation et de la discrimination des personnes handicapées

La région de Tillabéri a constitué la première localité pour la restitution des résultats du rapport final de l’étude CAP sur l’auto stigmatisation, la stigmatisation et la discrimination basée sur le handicap.Ces données ont été restituées au cours d’un atelier organisé le vendredi 17 Mai 2019 à la Direction Régionale de la Santé Publique (DRSP) de Tillabéri, par le consortium ODI, commanditaire de l’étude.

Avec comme objectif de contribuer à la réduction de la stigmatisation et de la discrimination tout en promouvant l’inclusion socio- économique des personnes handicapées, cette étude a concerné les régions de Maradi, Tahoua, Tillabéri et Niamey.
De cette enquête, on retient qu’au total 398 personnes handicapées ont été interrogées, 44 ménages et 9 structures et associations des personnes handicapées ont été ciblés. Dans toutes les régions enquêtées, seule la région de Tillabéri enregistre les effectifs de femmes les plus importants 70 contre 42 pour les hommes. Les tranches d’âges de 15-34 ans et 45 ans et plus présentent des effectifs plus importants que les autres groupes d’âges avec respectivement 37,9% et 27,4% dans l’ensemble des régions ciblées.
S’agissant du taux de scolarisation, seulement 39% des personnes handicapées interviewées disent avoir été à l’école et parmi lesquelles 58% ont atteint le niveau primaire. 35% affirment avoir une expérience de travail dont 33% avec un auto emploi informel et 27% avec un travail rémunéré dans une entreprise formelle ou informelle. Au moment de l’enquête, la majeure partie des personnes handicapées interrogées, n’exerçaient aucun emploi et celles qui en exerçaient sont dans la plupart dans l’artisanat et la mendicité (25% et 17%). Il ressort de même que 35% des personnes handicapées interrogées vivent mieux leur handicap, tandis que 21% et 20% se sentent marginalisées et frustrées.
Selon les avis recueillis des personnes handicapées sur la perception que se font les autres de leur handicap, plus de la moitié (53%) affirment que les autres les traitent bien. Celles, qui par contre se sentent sous-estimées par les autres personnes représentent plus de 38% de l’échantillon enquêté et on les retrouve dans les régions de Niamey (20%) et Tillabéri (17,3%).
S’agissant de la discrimination au plan familial, près de 9 personnes handicapées sur dix interrogées déclarent ne subir aucune discrimination de la part de leur famille. Cependant, des cas de discrimination relatifs à la sous-estime des personnes handicapées par leur entourage se présentent à près de 8% dans l’ensemble et ces cas s’observent le plus à Tillabéri et à Niamey avec respectivement 23 personnes handicapées et 7 personnes handicapées. Aussi, 95% des personnes handicapées interrogées, affirment-elles être bien avec leur entourage. Sur le lieu de travail, 98% des personnes handicapées disent ne faire face d’aucune discrimination.
L’étude révèle en outre que les organisations des personnes handicapées manifestent un besoins d’accompagnement dans le domaine santé et de l’insertion socioprofessionnelle. Hormis les efforts fournis par l’Etat et ses partenaires, beaucoup doit être fait afin d’améliorer le vécu des personnes handicapées.

Bissoundi Zeinabou pour la FNPH.

Recherche sur


Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez par e-mail l'actualité